Les musées

Le musée des Antiquités
 

Installé autour du cloître de l’ancien monastère de la Visitation Sainte-Marie édifié dans la première moitié du 17e siècle, le musée départemental des Antiquités a été ouvert au public en 1834.
Il abrite des collections de provenance régionale qui se situent entre l’âge du bronze et la Renaissance. Reflet d’une région particulièrement riche en vestiges archéologiques, il présente de très importantes séries protohistoriques, gallo-romaines et mérovingiennes qui permettent d’évoquer la vie matérielle de ces civilisations. Les objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance, nombreux et de grande qualité, témoignent des différentes formes artistiques qui se sont développées dans notre pays et plus particulièrement dans notre région (orfèvrerie, ivoires, émaux, sculptures, vitraux, tapisseries). La mosaïque romaine de la chasse, provenant de Lillebonne, et la tapisserie des Cerfs ailés sont des pièces exceptionnelles.
Les grands travaux d’urbanisme du 19e siècle, à Rouen, ont été à l’origine du dépôt de belles pièces d’architecture en bois et de somptueux éléments de décor intérieur (15e et 16e siècles).
Le musée conserve aussi d’intéressantes collections d’antiquités égyptiennes et grecques.

  • Musée départemental 198, rue Beauvoisine 76000 Rouen
  • Tél. 02 35 98 55 10
  • Ouvert du lundi au samedi de 10h à 12h15 et de 13h30 à 17h30 - dimanche de 14h à 18h
  • Fermé mardi et certains jours fériés
-----------------------------------------------------------
Le site de Val-Ygot et son mémorial
 

Ce site qui est situé dans le département de la Seine-Maritime fait partie de la première génération des rampes lourdes plus communément connues sous le nom de "ski-sites". Couvrant trois hectares, il a été admirablement restauré et est magnifiquement entretenu par l'Association de Sauvegarde du Site de V1 du Val Ygot à Ardouval (ASSVYA). Bien que les constructions soient restées dans leur état suite aux bombardements dont l'ensemble du site a fait l'objet à partir de Noël 1943 (il était pratiquement achevé mais n'a jamais fonctionné), il permet néanmoins aux visiteurs de découvrir ce que fut l'aventure dramatique des V1. Le parcours bétonné jalonné de panneaux explicatifs en français, allemand et anglais comprend treize bâtiments en béton et une portion de rampe de lancement avec son V1. Un grand parking permet d'accueillir les véhicules.

  • ASSVYA : Association de Sauvegarde du site deV1 du Val-Ygot 76680 Ardouval
  • Tel : 02 35 93 15 04 ou 02 35 83 90 66 

-----------------------------------------------------------

Le musée des Beaux Arts

 
 
D'origine révolutionnaire, le musée des Beaux-Arts de Rouen a été créé par le décret Chaptal de 1801 mais les premiers récolements en vue de la constitution d'une collection publique remontent à 1790. Le musée trouve un premier abri dans l'église des Jésuites et accueille le public dès 1799, avant un transfert dans le nouvel Hôtel de Ville où il est inauguré en 1809 avec un catalogue de 244 peintures. L'enrichissement des collections est spectaculaire au cours du XIXe siècle. Le Démocrite de Velázquez entre avec la collection du peintre Gabriel Lemonnier, l'un des fondateurs du musée; Delacroix demande le dépôt à Rouen de son chef-d'œuvre, La Justice de Trajan en 1844 ; on recherche les œuvres des enfants du pays : Poussin, Géricault. Les achats et dons (Clouet, Van Dyck, Puget, Ingres, Moreau, Traversi…) comptent bientôt plus dans la collection que les saisies napoléoniennes envoyées en 1803 (Gérard David, Véronèse, Rubens).
La collection passe de 300 tableaux en 1823 à 600 « de premier mérite » en 1878, dans un musée désormais cité comme « le plus complet de France après celui de Paris ».
  • Musée de la Ville de Rouen Esplanade Marcel Duchamp Ouvert de 10h à 18h
  • Tél. 02 35 71 28 40
  • Email : musees@rouen.fr
-----------------------------------------------------------

Le musée de la Céramique

 

La collection compte environ 6000 céramiques, allant du simple carreau aux grands bustes monumentaux, et dont les deux tiers sont d'origine rouennaise ce qui installe le musée dans une vocation monographique. L'histoire du musée se confond avec celle de son fondateur, premier historien de la faïence de Rouen, André Pottier (1799-1867). Issu d'une famille liée à la faïence, il s'intéressa précocement à la faïence à une époque où le goût des amateurs allait vers la porcelaine et la collectionna avec passion. La municipalité de Rouen fit l'acquisition de sa collection, environ 1100 pièces et le premier musée de la Céramique installé dans une galerie de l'ancien couvent Sainte-Marie (aujourd'hui musée des Antiquités de Rouen) fut inauguré en 1864. La collection fut disposée par Pottier lui-même, qui en fut le premier conservateur. Il disparut peu après sans avoir eu le temps de rédiger l'histoire de la faïence et des faïenciers de Rouen. Ses notes furent mises en forme par ses disciples et amis, dans un ouvrage posthume publié en 1870 : l'Histoire de la faïence de Rouen, qui demeure la référence incontournable sur le sujet. Le musée s'enrichit de la collection de l'abbé Colas en 1868. Les célèbres Sphères de Pierre Chapelle entrèrent au musée en 1873. La collection fut transférée au nouveau musée des Beaux-Arts en février 1888 et dès 1930, on pensa à l'établissement d'un musée de la Céramique distinct. Le musée présente actuellement 900 pièces sur les 5000 que compte environ la collection.

  • Musée de la Ville de Rouen 1, rue Faucon
  • Tél. 02 35 07 31 74
  • Ouvert tous les jours (sauf mardi et certains jours fériés) de 10h à 13h et de 14h à 18h
-----------------------------------------------------------

Le musée de la Corderie Vallois

 

Trace vivante d'une activité disparue, ce musée offre un témoignage exemplaire de ce que fut la vie industrielle de la Vallée du Cailly. La mise en route des machines restaurées permet d'assister à la fabrication de cordes et de tresses de coton.

La restauration de cet ensemble a redonné son âme à ce lieu étonnant, en faisant revivre une activité disparue, dans son site et avec ses installations d'origines.

Le bâtiment à pan de bois (17 m de côté, 4 niveaux), construit au début des années 1820, selon la technique traditionnelle des charpentiers rouennais fut édifié pour abriter une filature à l'emplacement d'un ancien moulin à papier. Jamais modifié malgré l'installation, en 1880, d'une entreprise de corderie, il offre au regard des passants sa façade noble, à l'ordonnance néoclassique.

Les vannes, la roue à aubes, les transmissions renvoyant et distribuant l'énergie sur deux niveaux, un régulateur à boules, un monte charge ont fonctionné jusqu'en 1978 et font de nouveaux vibrer le bâtiment au rythme de la rivière. Les machines anglaises et françaises de la fin du XIXe siècle permettent de retrouver les chaînes de fabrication des cordes de coton câblées et tressées utilisées dans l'industrie textile comme organes de transmissions sur les métiers de filature, puis à des fins extrêmement diverses (passementerie, mèche à briquet...).

  Renseignements :

  • Le Musée Industriel de la Corderie Vallois
  • Notre Dame de Bondeville
  • Ouvert tous les jours : de 13 h 30 à 18 h
  • Tél. 02 35 74 35 35
-----------------------------------------------------------

Le musée national de l' Education

 

Dans la Maison des Quatre Fils Aymon (XVIe - XVIIIe siècle), le musée présente deux expositions sur l’histoire de l’école. L’exposition permanente "Cinq siècles d’école" illustre les transformations de l’enseignement primaire.

L’exposition temporaire "Voir/Savoir" propose un parcours sur la pédagogie par l'image, depuis le XVIe siècle.

 

 

 

  • 185, rue Eau de Robec
  • Tél. 02 32 82 95 95
  • Du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h45.
  • Samedi et dimanche de 14h à 17h45.
  • Fermé le mardi et les jours fériés.
-----------------------------------------------------------

Le musée de la Ferronnerie

 

Unique au monde, sa collection de ferronnerie regroupant enseignes, serrures, instruments de chirurgie et même bijoux vous surprendra.   Aujourd'hui, sur un ensemble de 15 000 pièces environ, 6000 sont exposées en permanence. Elles s'échelonnent de l'époque gallo-romaine jusqu'à la fin du XIXe siècle, selon un ordre thématique ou chronologique. Elles montrent les utilisations essentielles et monumentales de cet art (grilles, rampes, balcons, pentures, ferrures, serrures, outils divers) ainsi que ses emplois mobiliers et domestiques (coffret, objets de parure ou de loisirs). Même sous la forme d'objets usuels, elles manifestent une qualité artisanale et artistique.  

  • Musée Le Secq des Tournelles Musée de la Ville de Rouen 2, rue Jacques Villon 76000 Rouen
  • Tél. 02 35 88 42 92
  • Ouvert tous les jours (sauf mardi et certains jours fériés) de 10h à 13h et de 14h à 18h 
-----------------------------------------------------------

Le musée Flaubert et d'Histoire de la Médecine

   

Situé dans le pavillon de l'Hôtel-Dieu où est né Gustave Flaubert. Son père y occupa un poste de chirurgien. Ce musée raconte la vie de Gustave Flaubert ainsi que l'histoire de la médecine.

Le musée présente des collections sur l'histoire de l'Hôtel-Dieu de Rouen (dont un curieux lit à 6 places), sur la pharmacie (200 faïences pharmaceutiques sont exposées) et sur l'histoire de l'accouchement et de la petite enfance (mannequin d'accouchement du XVIIIe siècle, pièce unique).
Gustave Flaubert est né dans cette chambre. Son père était chirurgien chef de l'Hôtel-Dieu de Rouen. La figure paternelle est toujours présente : on peut voir un buste en marbre de James Pradier et un tableau de Court.

  • 51, rue de Lecat 76000 Rouen Tél. 02 35 15 59 95
  • Ouvert le mardi de 10h à 18h, du mercredi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h
  • Fermé dimanche, lundi et jours fériés
-----------------------------------------------------------

Le musée d' Histoire Naturelle

 

 Le Muséum de Rouen, ouvert en 1834, est le deuxième muséum de France par la richesse et la diversité de ses collections après le muséum d'histoire naturelle de Paris. Il est fermé au public depuis décembre 1996. Un projet de rénovation et de remise aux normes de sécurité est mené par la Ville de Rouen pour une réouverture au public fin 2006, 10 ans après sa fermeture. Le Muséum assure néanmoins sa mission de culture scientifique par :

- la consultation des collections (chercheurs, étudiants)

- le prêt d'animaux naturalisés, de fossiles... (écoles, associations, musées)

- son rôle de conseil (particuliers) : identification d'insectes, de champignons...

- les expositions, animations, visites hors les murs.

  • 198, rue Beauvoisine
  • 76000 Rouen
  • Tél. 02 35 71 41 50
  • Horaires d'ouverture : de 14h30 à 17h30
  • Fermeture hebdomadaire : lundi
  • Fermeture annuelle : Jours fériés

 -----------------------------------------------------------

Le musée Jeanne d' Arc

 

Dans une cave voûtée de style roman qui remonte au temps de JEANNE D'ARC ont été rassemblés les maquettes du château et du Vieux Marché de 1431, des gravures, des livres, la reconstitution de l'armure et de l'étendard consacrés à l'héroïne, des sceaux et des vestiges historiques mis à jour au cours de ces dernières années. En remontant de ce sous-sol vénérable, qui a la piété d'une crypte, les visiteurs revivront, de Domremy jusqu'à Rouen, toute la vie de Jeanne d'Arc dans la GALERIE DE CIRE, comprenant une cinquantaine de personnages grandeur nature d'une saisissante vérité.

  • 33, place du vieux Marché 76000 Rouen
  • Tél. 02 35 88 02 70
  • Ouvert toute l'année Fermé le lundi.  
-----------------------------------------------------------
Le musée maritime fluvial et portuaire
  Site

A 100 km de la mer, Rouen est un port à l'intérieur des terres. Sa proximité de Paris, en fit le premier port de France pendant des siècles. C’est encore aujourd’hui l’un des premiers ports européens. Le Musée Maritime, Fluvial et Portuaire de Rouen retrace son passé, et celui de la Seine dans un lieu chargé d’histoire : un ancien hangar portuaire affecté au stockage du vin en provenance d’Afrique du Nord. Le Musée est situé sur les bords de Seine, au cœur du port maritime et fluvial, lieu de passage et d’escale des paquebots, cargos, remorqueurs et péniches. Depuis l’aménagement de l’espace des Marégraphes, les quais deviennent un espace de promenade apprécié des Rouennais..  

  • Espace des Marégraphes Quai Émile Duchemin Hangar 13 76000 Rouen  
  • Tél. 02 32 10 15 51    
  • Ouvert de 10h à 12h30 et de 14h à 18h du mardiiau vendredi, de 14h à 18h le samedi, dimanche et jours fériés.

 -----------------------------------------------------------

Le musée Pierre Corneille

C'est dans cette maison, où il est né en 1606, que Pierre Corneille écrivit Le Cid. Son cabinet de travail est reconstitué avec des meubles du XVIIe et une belle bibliothèque.

  •   4, rue de la Pie 76000 Rouen
  • Tél. 02 35 71 63 92
  • Ouvert pendant les vacances scolaires : mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche de 14h à 18h.
  • Hors vacances scolaires : mercredi, samedi, dimanche de 14h à 18h.
  • Jeudi : visites de groupes sur rendez-vous.

 -----------------------------------------------------------

Le musée départemental de la Résistance et de la Déportation

Situé en plein cœur de la station thermale, rue Maréchal Leclerc, ce musée retrace sur deux étages les années sombres de la Seconde Guerre Mondiale, à travers de nombreux objets et documents (armes et tenues d’époque, matériel d’aviation, écrits…).

 

Ce musée reste un lieu de mémoire vivante que ses fondateurs, dès l'origine, ont voulu lui attribuer, mémoire brayonne, mémoire normande. C'est une saine vision de ce passé encore si proche que le Musée offre à ses visiteurs, se refusant de réveiller les haines ou les passions, en montrant ce que fut la France de ces années sombres, avec la lucidité qu'offre le recul de l'Histoire.

  • Ouvert du lundi au dimanche toute l'année de 14h à 18h et le matin sur rendez-vous
  • Visite de groupes toute l’année sur réservation Tél : 02 35 90 64 07

 -----------------------------------------------------------

Le musée des Sapeurs Pompiers de France

 

Sur 2 000 m2 d'exposition, le musée présente une extraordinaire collection d'engins motorisés: nombreux véhicules et moto-pompes aux noms prestigieux, Delahaye - Laffly - Hotchkiss - Somua - Berliet - De Dion Bouton, mais également une série de pompes à bras dont la plus ancienne date de 1721. Complétez vos connaissances par la découverte de nombreux documents, gravures, casques et uniformes retraçant l'évolution de la profession des soldats du feu.

 

  • Du 1er Avril au 31 Octobre : Du Lundi au Samedi de 09h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00, le Dimanche de 14h00 à 18h00
  • Du 2 Novembre au 31 Mars : Du Lundi au Samedi de 09h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h00, le Dimanche de 14h00 à 17h00
  • Le Musée est fermé les 1er Janvier, 1er Mai, 1er Novembre et 11 Novembre, ainsi que pendant les vacances scolaires de Noël.
    Tél. 02 35 33 13 51
-----------------------------------------------------------

 

ancvtourisme et handicap

gîte de francebienvenue à la ferme

 

Le circuit "Promenade au Pays d'Emma Bovary" permet depuis 15 ans de parcourir le Pays entre Seine et Bray de manière ludique et de découvrir les paysages et lieux évocateurs du roman de Gustave Flaubert.
Les communautés de Communes du Moulin d'Ecalles, du Plateau de Martainville et le Syndicat Mixte du Pays entre Seine et Bray, avec l'appui technique de l'Office de Tourisme des trois Vallées, travaillent depuis bientôt 2 ans à sa rénovation afin de changer les mobiliers vieillissant et de revisiter la conception graphique de l'ensemble des panneaux. Le circuit sera totalement changé pour le printemps prochain.
Découvrez en avant première les nouveaux panneaux et le buste d'"Emma Bovary" réalisé à cette occasion par le sculpteur Jean-Marc de Pas....

 
 
Nos parcours aventure, accessibles à tous sont situés dans un magnifique espace forestier à Préaux, à seulement 10 minutes de Rouen. L'idéal pour se dépayser et passer un bon moment en plein air.
Découvrez les frissons des parcours acrobatiques forestiers pour un plaisir 100% aventure.
7 parcours, plus de 135 agrès !
 
Ancien château du XIIIe siècle ruiné (détruit en 1418 ?). Château édifié au XVIe siècle, un escalier à la Rihour date de cette époque. Sévèrement endommagés durant la Révolution, les bâtiments sont complètement restauré en 1865 par Parent, travaux de sculpture par les frères Foucher. C'est à cette époque que le parc prend forme, le lac est crée & les jardins sont aménagés. L'ornithologue Jean Delacour fait l'acquisition du domaine en 1919. Il poursuit les travaux d'aménagement extérieur dans le but de créer un parc botanique et ornithologique, qui ouvrira ses portes au public en 1930.
En 1967, Jean Delacour lègue sa propriété  au Muséum National d'Histoire Naturelle, qui poursuit selon ses vœux le travail de préservation d'espèces ornithologiques rares ou menacées et améliore la collection botanique.
 
La forêt d'Eawy est un massif de 7200 ha, elle est traversée par "l'allée des Limousins", une percée rectiligne de 14 km. Elle est située en Seine Maritime, dans la région du pays de Bray, à une demie heure de Rouen et de Dieppe, près de Neufchâtel-en-Bray et Saint-Saëns, entre les rivières Varenne et Béthune qui servirent autrefois à transporter les grumes. Elle offre de nombreux attraits touristiques.
La forêt d'Eawy dont le nom d'origine celte signifie "endroit humide" est le vestige des immenses forêts médiévales victimes des défrichements intenses. A parcourir, le chemin des écoliers pour reconnaître 25 espèces d’arbres classés, le jardin du Roi de Rome. Entres autres curiosités, notons le Puits Merveilleux sur la commune des Ventes Saint Rémy, gouffre d'origine mystérieuse, les futaies cathédrales, les nombreux sentiers pédestres et équestres.
 

Le château de Bosmelet est un lieu de mémoire et un lieu de vie. La visite du domaine de Bosmelet commence à l'abri d'une avenue de hêtres cinquantenaires où les dalles de béton ayant servi d'accès à une rampe de lancement de VI sont utilisées aujourd'hui comme parking.
En avançant jusqu'à l'entrée située dans l'ancienne chapelle du XVIIIe siècle, on découvre l'architecture classique du château de pur style Louis XIII en briques et pierre sous la toiture en ardoises d'Angers (dont les coloris servent de trame et de rappel pour les plantations du jardin).

Les grandes heures du domaine remontent au règne de Louis XIV, lorsque Jacques Caumont, Duc de la Force a épousé Anne-Marie de Bosmelet. Proche de la Cour, c'est tout naturellement que cet administrateur zélé de la province de Normandie se tourna vers Colinet, premier jardinier de Le Nôtre, pour établir les projets du parc de sa propriété. Encore préservés dans la famille, il est possible de comparer ces projets avec les grandes lignes du site qui comprend une avenue de 172 tilleuls culminant à 39 mètres en bordure de l'axe Nord du "Tapis Vert" qui se déroule sur plus de 2 Km de part et d'autre du château.
 

La roseraie a été créée dans le but de retrouver, préserver et faire redécouvrir les roses d’origine Normande. En effet, depuis l’élan donné par Joséphine, l’épouse de Bonaparte, la passion des roses s’est emparée de la Normandie où plus de 60 horticulteurs et amateurs ont créé plus de 600 roses.

Soixante-dix de ces roses anciennes ont pu être retrouvées. Cette roseraie, conservatoire de ce patrimoine horticole normand, comprend aussi des roses dont le nom évoque la Normandie comme les roses ‘Thérèse de Lisieux’, ‘Robert le Diable’ et ‘Rêve de Deauville’. Une troisième partie retrace l’histoire et l’évolution des roses cultivées, des plus anciennes aux plus récentes.

Au total la roseraie comporte un peu plus de 200 variétés de roses et plus de 500 rosiers.

 

La forêt, broussailles primitives ou futaies cathédrales, vastes landes, vallées et vallons, parsemés de nombreux hameaux et villages, est un ensemble dans lequel l’homme se sent à la fois protecteur et protégé. Il y retrouve ses racines et y puise l’équilibre nécessaire à sa survie. Le Pays de Lyons offre ce miracle écologique à tous ceux qui le découvrent, miracle plus que millénaire, qu’il nous appartient à tous d’aimer et de rendre vivant, tant au cœur de ce pays qu’au delà de ses frontières terrestres.
Dans notre canton, il faut garder en mémoire la fonction prépondérante des moines qui dès le XIIe siècle ont joué le rôle de défricheurs dans une contrée, comme beaucoup d’autres, certainement peu hospitalière. En 1134 apparaît l’abbaye de Mortemer dans le vallon du Fouille-Broc. Ce lieu, au cœur de la forêt, est sans conteste, l’un des éléments fondateurs du Pays de Lyons.

Car défrichement signifie aussi édification de granges dispersées dans des clairières ou landes nouvellement cultivées. Chacune de ces granges devint le lieu de travail non seulement des moines mais surtout des paysans qui s’installèrent dans ces nouveaux espaces pour y vivre avec leur famille. Ainsi sortirent de terre, entre autres, Beauficel, lande inculte et stérile devenue en l’espace de cent ans un village pourvu d’une église et entouré de terres plantées et fertiles ou encore Bosquentin, ermitage transformé en un vaste établissement agricole.
 

Pour la plupart en liberté, les animaux sont, avant tout, l'ornement d'un parc de 13 hectares aux pentes boisées, aux pelouses vallonnées encadrant un lac alimenté par la Clérette.
Toutes les espèces capables de nuire aux collections botaniques ou de se nuire entres elles ont été évitées. Dans les jardins du château vivent en bonne entente Flamants, Grues, Kamichis, Oies et Canards...
Dans le parc évoluent des groupes d'Antilopes cervicapres, des Kangourous et des Paons. Des Gibbons habitent les îles du lac.
Les volières abritent principalement une importante collection de Faisans et de Colombes, des Touracos, Calaos, Perroquets... et de nombreux Passereaux.
Enfin, dans les salles du château aménagées en volières tropicales vivent les espèces les plus fragiles. Au total, dans un site merveilleux, 1500 Oiseaux et 200 Mammifères parmi les plus beaux et les plus rares.

 
 
 
 
 

Nos liens

 
 

 


Free Dreamweaver template created with Adobe Dreamweaver